L'import-export présenté, expliqué et commenté, .....Economie, fiscalité,propriété intellectuelle, normes

Ce blog d’information et d'échanges est consacré pour une grande partie à la présentation de l'import-export et du droit des entreprises à l'international – Ainsi qu’au suivi et à l’actualisation du livre L'import-export présenté, expliqué et commenté aux TPE et PME. Il s'adresse aux professionnels de l'import-export, de la logistique, des secteurs financiers et comptables, du droit des entreprises, du droit fiscal, de la propriété intellectuelle, aux enseignants et étudiants en ces différentes matières, et d'une manière générale à toute personne intéressée par le commerce international et la mondialisation. Sans se substituer aux textes applicables ni à ces professionnels qui demeurent en toute hypothèse les sources privilégiées d'information et intervenants référents. Jean Sliwa

L'import-export : surface forestière, exportations de bois, pays et produits

On ne remerciera jamais assez les forêts et le bois (et les plantes en général) pour les avantages et les bienfaits qu’ils procurent à l’humanité depuis bien longtemps, bien avant le charbon, le pétrole, le gaz, le ciment, etc., en matière de logement, de construction d’équipements, de chauffage, de cuisson, de protection des sols et des territoires, de vie sur terre grâce à la photosynthèse, de stabilité du climat, de régulation du cycle de l’eau, d’ombrage, d’embellissement des villes et des paysages, …etc.

Produits de grande consommation, le bois, les forêts viennent depuis quelques temps dans certains pays et plus récemment dans d'autres à manquer, alors qu’ils sont capables de se renouveler ou d’être renouvelés constamment pour peu qu’on y prenne garde et qu’on abuse pas précisément de tous ces bienfaits, qui font déjà ou qui risquent de faire défaut.

Voyons d'après les statistiques ce qu’il en est à ce jour dans deux domaines : les surfaces forestières et les exportations de produits du bois. Sous les réserves habituelles en termes de comparaison qui ne sont point toujours des plus opportunes.

Source : Banque mondiale (https://donnees.banquemondiale.org/)

Il s'agit ici de données concernant les grands pays industriels, importateurs et exportateurs, qui ont en leur temps déboisé outre mesure, pour la plupart, et exportés.

Source : Banque mondiale (https://donnees.banquemondiale.org/)

Il s'agit ici de trois pays qui ont beaucoup ces dernières années investis dans les exportations de soja et d'huiles de palme et pour cela déforesté.

On notera qu'ils se situent en % au delà de nombre de pays du schéma précédent.

 

Source : Banque mondiale (https://donnees.banquemondiale.org/)

A l'exception de la Finlande, aucun n'est exportateur à grande échelle, en tout cas.

Source : Trademap (https://www.trademap.org/)

Le chapitre 44 couvre tout un ensemble de produits bruts, semi-finis et finis, à savoir le bois, le charbon de bois et les ouvrages en bois, sauf les meubles et les constructions préfabriquées qui sont repris au chapitre 94.

 

Source : Trademap (https://www.trademap.org/)

Source : Trademap (https://www.trademap.org/

Le 4403 reprend plus précisément les bois bruts, même écorcés, désaubiérés ou équarris ...

On note ici la présence d'un petit pays, la Papouasie Nouvelle-Guinée, qui est dotée d'une forêt dont le site https://www.coolearth.org/   nous dit que : "S'étendant sur 73 millions d'hectares, la forêt tropicale de Nouvelle-Guinée est incroyablement la biodiversité, riche en ressources et extrêmement précieux. Précieux pour les gens qui y habitent, pour les industries d'exploitation et dans la lutte contre la crise climatique" et le site https://www.sauvonslaforet.org/ ", que : Les forêts tropicales de Papouasie subissent un assaut sans précédent des sociétés minières, d’huile de palme et d’exploitation forestière". 

Ce qui expliquerait son positionnement dans le classement précité.

Source : Trademap (https://www.trademap.org/)

On observe une relation de cause à effet pour ces trois pays entre déforestation et exportations, à l'avantage de la Malaisie (qui déforeste et exporte moins), sans que l'on puisse affirmer à ce stade que tel en est bien la cause, ou la seule dans les trois situations.

Difficile de se faire une opinion sur la relation entre surface forestière et exportations, les déforestations n'ayant point originellement dans tous les cas pour objectif d'exporter du bois, mais plutôt de dégager des territoires propres à la culture de soja, de palmiers (obtention d'huiles) notamment. Qui sont grandement exportés sous différentes formes (soja, tourteau de soja, huiles, etc.).

On observe que certains pays voient leur surface forestière se stabiliser, après avoir déforesté, notamment dès la révolution industrielle (le Royaume-Uni, les Etats-Unis, l'Allemagne, la France, ...).

La Malaisie également voit cette surface se maintenir, ne plus diminuer en tout cas.

S'agissant de la France, un rapport de la Cour des comptes d’avril 2020, sur la filière bois, énonce : « la déforestation ne touche pas les forêts françaises, qui ont au contraire doublé en deux siècles ». Si déforestation excessive, il y a eu comme dans de nombreux pays, c’est donc avant cette période qu’elle a eu lieu, bien avant, dès que l’homme s’est sédentarisée précisent les manuels. Ce qui n'est donc pas récent.

S'agissant des exportations, il faut noter que certains pays exportent du bois tandis que d'autres exportent davantage et aussi des produits transformés, finis.

En Europe, hormis la Russie, les pays exportateurs sont principalement l'Autriche, la Suède, la Pologne, la Belgique et la Suède.

Tout cela n'est pas révélateur de la situation d'ensemble, sachant qu'il importe aussi de disposer d'éléments sur la qualité de la politique forestière menée. Et qu'il est possible de consommer et d'exporter du bois et les produits ouvrés obtenus sans nuire forcément à la forêt.

 

 

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article